Clans – La Tour

La communauté de Clans-La Tour comprend 3 villages : Clans, La Tour, Bairols.

Dans la partie sud du territoire de la Paroisse Notre-Dame-de-la-Tinée, il y a peu de villages aux abords de la route qui longe la rivière Tinée. La plupart des villages se sont implantés au dessus de 600 m d »altitude, la où la pente  moins forte permettait culture et élevage en même temps que le passage des chemins.

Collégiale de Clans

Collégiale de Clans

A partir de 1950, les activités agricoles et pastorales n’assurant plus un niveau de vie convenable, et pas davantage un tourisme aux maigres possibilités, les habitants sont partis, les villages sont restés comme un point d’ancrage, mais avec les maisons fermées presque toute l’année.

Il est préférable de ne pas affronter les routes de montagnes tous les jours et de demeurer près de son lieu de travail et aussi dans un environnement scolaire et social plus conséquent. N’y aura-t-il plus que quelques personnes âgées pour assurer la permanence de la sagesse et de la prière dans ces montagnes ?

Pour elles et pour ceux qui passent, l’Évêque tient à offrir l’aide de prêtres, un curé résidant à Saint-Étienne-de-Tinée et deux coopérateurs, dont le père Jean-Paul PORCIER, demeurant à La Tour.

<div id= »attachment_167″ style= »width: 247px » class= »wp-caption aligncenter »>Eglise Saint-Martin à La Tour

Eglise Saint-Martin à La Tour

Comment comprendre et faire notre le cheminement d’une humanité diverse selon les époques et leurs calamités, qui tenait à la présence de Dieu et des saints de son peuple auprès d’elle, comme une source d’espérance, de guérison, de protection de la vie ? Travaux pénibles et ingrats pour subsister, pour s’abriter et se défendre, s’accompagnent de la construction et de la décoration des églises et des nombreuses chapelles.

On peut faire attention à :

  • l’ampleur du bâtiment, par exemple à La Tour (un peu avant 1500 et sans retouches depuis) ;
  • aux reconstructions, par exemple Clans : le même édifice comporte des éléments des églises de 1137 : une abside avec fresque de Jésus appelant Saint-Pierre et lui remettant les clefs, et un mur de la salle capitulaire avec une scène de chasse et le clocher de 1572 : le porche et l »entrée. 1681-1686 la salle de l’église actuelle
  • aux difficultés de construction sur un site escarpé, par, exemple, Bairols,ce que souligne le dicton:«Celui qui fait le tour de l’église ne fera pas le service militaire»
  • à l’iconographie, partout abondante et variée, parfois plus expressive comme à La Tour, chapelle des pénitents blancs; à Clans, chapelle St Antoine Ermite ou chapelle St Michel ; ou encore les retables, plus particulièrement ceux de Jean Rocca à Bairols .

    Eglise de Bairols

    Eglise de Bairols